vendredi 31 juillet 2015

Oscar Wilde (1854-1900) in “Le Portrait de Dorian Gray”

Vous avez un visage d'une admirable beauté, M. Gray. […] Et la Beauté est une forme de génie, supérieure en fait au génie. […] On dit parfois que la beauté n'est que superficielle. Cela se peut. Mais du moins n'est-elle pas aussi superficielle que la pensée. Pour moi, la Beauté est la merveille des merveilles. Seuls les esprits superficiels refusent de juger sur les apparences. Le véritable mystère du monde, c'est le visible et non pas l'invisible…

Elizabeth Adela Forbes (1859-1912), On a Fine Day - 1903


Anders Zorn (1860-1920), La Jeune Femme à la Cigarette - 1892


Ivan Konstantinovich Aivazovsky (1817-1900), La Naissance d’Aphrodite - 1887


Prosper Mérimée (1803-1870) in “Le Vase Etrusque”

Auguste Saint-Clair n'était point aimé dans ce qu'on appelle le monde; la principale raison, c'est qu'il ne cherchait à plaire qu'aux gens qui lui plaisaient à lui-même. Il recherchait les uns et fuyait les autres. D'ailleurs il était distrait et indolent. Un soir, comme il sortait du Théâtre-Italien, la marquise A*** lui demanda comment avait chanté Mlle Sontag. “Oui, madame ”, répondit Saint-Clair en souriant agréablement, et pensant à tout autre chose. On ne pouvait attribuer cette réponse ridicule à la timidité; car il parlait à un grand seigneur, à un grand homme et même à une femme à la mode, avec autant d'aplomb que s'il eût entretenu son égal. - La marquise décida que Saint-Clair était un prodige d'impertinence et de fatuité. Mme B*** l'invita à dîner un lundi. Elle lui parla souvent ; et, en sortant de chez elle, il déclara que jamais il n'avait rencontré de femme plus aimable. Mme B*** amassait de l'esprit chez les autres pendant un mois, et le dépensait chez elle en une soirée. Saint-Clair la revit le jeudi de la même semaine. Cette fois, il s'ennuya quelque peu. Une autre visite le détermina à ne plus reparaître dans son salon. Mme B *** publia que Saint-Clair était un jeune homme sans manières et du plus mauvais ton.
Il était né avec un coeur tendre et aimant ; mais, à un âge où l'on prend trop facilement des impressions qui durent toute la vie, sa sensibilité trop expansive lui avait attiré les railleries de ses camarades. Il était fier, ambitieux ; il tenait à l'opinion comme y tiennent les enfants. Dès lors, il se fit une étude de cacher tous les dehors de ce qu'il regardait comme une faiblesse déshonorante. Il atteignit son but ; mais sa victoire lui coûta cher. Il put celer aux autres les émotions de son âme trop tendre; mais, en les renfermant en lui-même, il se les rendit cent fois plus cruelles. Dans le monde, il obtint la triste réputation d'insensible et d'insouciant et,dans la solitude, son imagination inquiète lui créait des tourments d'autant plus affreux qu'il n'aurait voulu en confier le secret à personne.
Il est vrai qu'il est difficile de trouver un ami !

Oscar Gustave Rejlander (1814-1875), Le Rêve - 1860


Barbey d’Aurevilly (1808-1889) in“Du Dandysme et de George Brummell”

Le prince de Kaunitz, qui sans être Anglais (il est vrai qu'il était Autrichien), se rapproche le plus des Dandys par le calme, la nonchalance, la frivolité majestueuse, et l'égoïsme féroce (il disait fastueusement : “je n'ai pas un ami!” et ni la mort ni l'agonie de Marie-Thérèse n'avancèrent l'heure de son lever et n'abrégèrent d'une minute le temps qu'il donnait à ses indescriptibles toilettes); le prince de Kaunitz n'était pas un dandy quand il mettait un corset de satin comme l'Andalouse d'Alfred de Musset, mais il l'était quand, pour donner à ses cheveux la nuance exacte, il passait dans une enfilade de salons dont il avait calculé la grandeur et le nombre et que des valets armés de houppes le poudraient, seulement le temps qu'il passait!

Herbert George Ponting (1870-1935), The Freezing of the Sea - 1911.


Herbert George Ponting (1870-1935), Beautiful Broken Ice, Reflections and the Terra Nova, 7 January 1911.


Herbert George Ponting (1870-1935), British Antarctic Expedition - 1910/13


Norman Garstin (1847-1926), The Rain it Raineth Every Day - 1889


Elmer Wachtel (1864-1929), Spring Landscape.


Gustav Klimt (1862-1918), Ria Munk sur son lit de Mort - 1912


jeudi 30 juillet 2015

Waller Hugh Paton (1828-1895), Cologne from the Bridge of Boats - 1890


James Hamilton (1819-1878), From the Tempest.


Sydney Laurence (1865–1940), Northern Lights.


John Fery (1859–1934), Evening Sunset - 1893


Sydney Laurence (1865–1940), A Grimsby Fisherman


Charles Partridge Adams (1858–1942), Colorado Sunset


mercredi 29 juillet 2015

Harrison Bird Brown (1831-1915), Picnic by the Falls (White Mountains, Maine)


Giovanni Boldini (1842-1931), La Senna (Sur la Seine).


Jean-Ferdinand Monchablon (1855-1904), Fresnes - 1897


Gustave Flaubert (1821-1880).

Le cœur de l’homme est encore plus variable que les saisons, tour à tour plus froid que l’hiver et plus brûlant que l’été. Si les fleurs ne renaissent pas, ses neiges reviennent souvent par bourrasques lamentables ; ça tombe! ça tombe! ça couvre tout de blancheur et de tristesse, et quand le dégel arrive, c’est encore plus sale.

Stuart Merrill (1863-1915), Oubli.

Mon cœur, ô ma Chimère, est une cathédrale
Où mes chastes pensers, idolâtres du Beau,
S’en viennent à minuit sous la flamme lustrale
Râler leur requiem au pied de ton tombeau.
 

J’ai dressé sous le ciel du dôme un sarcophage
Dont la grave épitaphe en strophes de granit
Proclamera de l’aube à l’ombre et d’âge en âge
L’amen et l’hosanna de notre amour bénit.

Mon cœur est une crypte où parmi les pilastres
S’enroulent les remous de l’encens des oublis,
Et par l’heure qui luit de la lueur des astres
La paix des nuits se mire en les pavés polis.

Sur le carrare froid des marches sépulcrales
Déjà mes vieux pensers sont pâmés de sommeil :
Les lampadaires d’or s’endorment en spirales,
Et, ô la glauque aurore en le vitrail vermeil !

Salvador Sanchez-Barbudo (1857-1917), Le Gentilhomme - vers 1900


Walter Moras (1856-1925), Forêt près de Tussein - 1900


Walter Moras (1856-1925), Village dans un Paysage Hivernal - vers 1900


Julius von Klever (1850-1924), Paysage d’Hiver - 1908


Fedor K. Burkhardt (1854-1918), Paysage au Lac.


Walter Moras (1856-1925), Fischerdorf in der Winterszeit.


Friedrich Frank (1871-1945), Prague à la Nuit - vers 1912


Pascal Adolphe Dagnan-Bouveret (1852-1929), Aimons toujours ! Aimons encore !, Illustration pour “Les Contemplations” de Victor Hugo - vers 1886


Andreas Achenbach (1815-1910), Le Naufrage - 1884


Oscar Wilde (1854-1900) in “La Ballade de la geôle de Reading”

Pourtant chaque homme tue l’être qu’il aime,
- Que tous entendent ces paroles,
Certains le font avec un regard dur,
D’autres avec un mot flatteur ;
Le lâche, lui, tue avec un baiser,
Et le brave avec une épée !
Certains tuent leur amour quand ils sont jeunes,
D’autres quand ils sont déjà vieux ;
L’un étrangle avec les mains du Désir,
Et l’autre avec les mains de l’Or ;
Le plus charitable use d’un couteau,
Car le mort se refroidit vite.
Tel aime trop peu, trop longtemps tel autre ;
Certains vendent, d’autres achètent ;
L’un commet son crime en versant des larmes,
Et l’autre sans même un soupir ;
Car si chaque homme tue l’être qu’il aime,
Chaque homme ne doit en mourir…

Le Sâr Peladan (1858-1918) in “L’Initiation Sentimentale”

II y a cinq mille ans, j'eusse porté la tiare ; il y a cinq cents ans, j'eusse été peintre ou condottiere ; aujourd'hui, le devoir de mes bras est d'être croisés, le devoir de mes lèvres, de cracher ; le devoir de ma charité, de maudire.

Le Sâr Peladan (1858-1918) in “Le Vice Suprême”

L‘état de République est un état social antiphysique. Diffuse, l'autorité se perd ; anonyme, le pouvoir devient lâche et honteux […]. La République s'est jugée par les mots de sa devise qui renferment trois propositions contre nature : la Liberté, c'est la négation du devoir ; l'égalité, c'est la négation de la justice ; la fraternité, c'est la négation de l'égoïsme, et l'État n'a pas le droit de la demander. Ces trois mots que les catholiques ont eu la lâcheté, ajoutée à tant d'autres, de laisser écrire au fronton des églises, sont trois affreux blasphèmes — contre le Saint Esprit. Le vrai nom de liberté, c'est Devoir ; le vrai nom de l’égalité, c'est Hiérarchie ; le vrai nom de fraternité, c'est Charité.

mardi 28 juillet 2015

Ivan Konstantinovich Aivazovsky (1817-1900), Bateaux naviguant au lever de Soleil, Russie - 1895


Ernest Guerin (1887-1952), Village sur la Lande, Morbihan


Andreas Achenbach (1815-1910), Détresse en Mer - 1852


Isaac Levitan (1860-1900), Crépuscule sur les Eaux.


Henri Fantin-Latour (1836 - 1904), Ondine (ou La Mer)


Caspar David Friedrich (1774-1840), Abend (Sonnenuntergang hinter der Dresdener Hofkirche) - 1824


Auguste Préault (1809-1879), Le Silence - 1842/43


Etienne Dinet (1861 - 1929), Les Baigneuses - 1897


Franz von Stuck (1863 - 1928), Abendlandschaft.


lundi 27 juillet 2015

Alphonse van Beurden (1878-1962), Danse de Joie.


Edward Theodore Compton (1849-1921), Winter’s Loveliness - 1904


Charles Francis Browne (1859 - 1920), November, Oregon, Illinois - 1907


Jean-Jules-Antoine Lecomte du Nouy (1842-1923), Homère Mendiant, Panneau Central du Triptyque - 1881


Ferdinando Vichi (1875-1945), La Fata.



dimanche 26 juillet 2015

Joseph William Turner (1775-1851), Slave Ship (Slavers Throwing Overboard the Dead and Dying, Typhoon Coming On) - 1840


Abbott Handerson Thayer (1849-1921), Landscape at Fontainebleau Forest - 1876


Lawrence Alma-Tadema (1836-1912), In a Rose Garden - 1889


John Melhuish Strudwick (1849-1937), Isabella.


Edward Coley Burne-Jones (1833-1898), Hero.


Ansel Adams (1902-1984), Aspens, Northern New Mexico - 1958


Ansel Adams (1902-1984), Clearing Winter Storm, Yosemite Valley - 1939