mardi 29 septembre 2015

Lucian Blaga (1895-1961), J’attends mon Crépuscule.

Voûte étoilée où nage mon regard -
et je sais qu'en mon âme aussi je porte
étoiles en myriades
et voies lactées,
merveilles des ténèbres.
Mais ne puis les voir,
j'ai tant de soleil en moi
que ne puis les voir.
J'attends que se couche mon jour
et que mon horizon ferme ses paupières,
j'attends mon crépuscule, nuit et douleur,
que s'enténèbre mon ciel tout entier
et qu'en moi se lèvent des étoiles,
mes étoiles,
que je n'ai encore
jamais vues.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire