jeudi 22 septembre 2016

Oscar Wilde (1854-1900), Lord Henry Wotton in "Le Portrait de Dorian Gray".

Parce qu'influencer une personne, c'est lui donner son âme. Elle ne pense plus ses propres pensées, elle ne brûle plus de ses propres passions. Ses vertus n'ont plus d'existence propre. Ses péchés, pour autant que le péché existe, sont empruntés. Elle devient d'écho de la musique d'un autre, elle joue un rôle qui n'a pas été écrit pour elle. Le but de la vie, c'est l'épanouissement de soi. Réaliser notre propre nature à la perfection, voilà notre raison de vivre en ce bas monde. Les gens, aujourd'hui, ont peur d'eux-mêmes. Ils ont oubliés le plus important des devoirs, celui qu'on a envers soi-même. Certes ils sont charitables. Ils nourrissent les affamés, et vêtent les mendiants. Mais leur âme meurt de faim, elle est nue. Notre race a perdu tout courage. Peut-être n'en avons-nous jamais eu. Cette terreur devant la société qui forme la base de la morale, cette terreur devant Dieu qui est le secret de la religion, voilà les deux principes qui nous gouvernent.
[…]
Nous sommes punis de nos refus. Tout élan que nous nous efforçons d’étouffer pèse sur notre esprit, et nous empoisonne. Que le corps pèche une fois, et c’en est fini de son péché, car l’action est une forme de purification. Il n’en reste rien ensuite, si ce n’est le souvenir d’un plaisir, ou le luxe d’un regret. La seule façon de se débarrasser d’une tentation, c’est d’y céder. Résistez-y, et vous verrez votre âme infectée par le désir des choses qu’elle s’est interdites, par le désir de ce que ses lois monstrueuses ont rendu monstrueux et illicite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire