dimanche 13 novembre 2016

Rainer Maria Rilke (1875-1926), Érôs.

Des masques! des masques! Que l'on aveugle
Érôs! Comment endurer sa face radieuse
quand, pareil au solstice d'été,
il interrompt le prélude du printemps?

A l'improviste, quel changement
dans le babil! Quelle gravité... Un cri,
et le voici qui jette l'indicible frisson,
celui des sanctuaires...

Fini, en un instant fini!
ô prompte étreinte des dieux!
Une vie en gésine: un destin vient de naître.
Au plus secret pleure une source.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire