vendredi 31 mars 2017

François Gérard (1770-1837), Ossian (ou L’Apothéose des Héros français morts pour la patrie pendant la guerre de la Liberté) - 1801


François Edouard Picot (1786-1868), Cupidon et Psyché - 1817


Baron François Gérard (1770-1837), Bélisaire - 1795


Federico Armando Beltrán Masses (1885–1949), Mademoiselle Nikitine - 1929


Federico Armando Beltrán Masses (1885–1949), Le Rubis - vers 1929.


Ethel Wright (1866-1939), Bonjour Pierrot! - vers 1893


Federico Armando Beltrán Masses (1885–1949), Le Rêve de Don Juan - 1930's


Federico Armando Beltrán Masses (1885–1949), Léda et le Cygne.


Federico Armando Beltrán Masses (1885–1949), Léda et le Cygne.


Lucien Lévy-Dhurmer (1865-1953), Les Dolomites - 1912


Lucien Lévy-Dhurmer (1865-1953), Eden: Passion.


Lucien Lévy-Dhurmer (1865-1953), Constantinople, le Port au Soir.


John Martin (1789–1854), Le Calvaire - 1830/40


mardi 28 mars 2017

Christian Zacho (1843-1913), Monte Carlo - 1909


Philip Alexius de László (1869-1937), Miss Lisa Minghetti.


Gaston La Touche (1854-1913), Promenade Automnale - 1896


Johan Gustaf Sandberg (1782-1854), Valkyries chevauchant vers la Bataille.


John Singer Sargent (1856-1925), Gassed - 1919


lundi 27 mars 2017

László Hegedűs (1870-1911), Caïn et Abel - 1899


Philip Wilson Steer (1860-1942), Girl on a Sofa - 1891


Albert Bierstadt (1830-1902), California Sunset.


Paul-Joseph Blanc (1846-1904), La Naissance de Vénus.


Henri Barbusse (1873-1935), in L'Enfer.

… Il ne la regarde pas, et lorsqu’il la regarde, il ne la voit pas !

A
h! cela est solennel; c’est un drame, un drame morne, mais d’autant plus angoissant. Cet homme n’est pas heureux, et cependant j’envie son bonheur. Dites-moi ce qu’il y a à répondre à cela, sinon que le bonheur est en nous, en chacun de nous, et que c’est le désir de ce qu’on n’a pas!

Ces gens sont ensemble, mais, en vérité, absents l’un de l’autre; ils se sont quittés, sans se quitter. Il y a sur eux une espèce d’intrigue de néant. Ils ne se rapprocheront plus, puisque, entre eux, l’amour fini tient toute sa place. Ce silence, cette ignorance mutuelle sont ce qu’il y a de plus cruel sur la terre. Ne plus s’aimer, c’est pire que de se haïr, car, on a beau dire, la mort est pire que la souffrance.

J’ai pitié de ceux qui vont deux à deux, enchaînés par l’indifférence. J’ai pitié du pauvre cœur qui a si peu longtemps ce qu’il a; j’ai pitié des hommes qui ont un cœur pour ne plus aimer.

Et, pendant un instant, devant la scène si simple et si déchirée, j’ai subi un peu le martyr énorme, innombrable, de ceux qui ne souffrent plus.

Emilio Santarelli (1801-1886), Hypnos.


Mario Pobbiati (1887-1956), Volto Sorridente.


Lodovico Pogliaghi (1857-1950), Virgile lisant l'Enéide.


Galileo Chini (1873-1956), La Faucheuse.


Mikhail Vasilievich Nesterov (1862-1942), Portrait des frères Pavel et Aleksandr Korin - 1930


dimanche 26 mars 2017

Ida Rentoul Outhwaite (1888-1960), The Storm.


Carl Larsson (1853-1919), La Fille d'Eve - 1894


Renée Vivien (1877-1909), Solitude Nocturne.

Oh ! l'horreur d'être seule au profond de la nuit
Dans l'effroi du futur et de l'instant qui fuit!
Instant au front hagard! Présence de la Nuit!

Voici que se réveille en mon cœur la rancœur,
La rancœur endormie au profond de mon cœur!
Je ne puis étouffer cette ancienne rancœur.

Et j'écoute le bruit monotone des flots
En y mêlant le bruit d'intérieurs sanglots.
La douleur de jadis pleure comme les flots.

Grigoriy Grigorievich Myasoyedov (1834-1911), Le Siège de Sébastopol en 1854 - 1899


Ivan Kramskoï (1837-1887), Douleur Inconsolable - 1884.


Aleksey Savrasov (1830-1897), Au Petit Matin, Volga - 1887.


Alexey Petrovich Bogoliubov (1824-1896), Illumination du Kremlin - 1883


Gustaw Gwozdecki (1880-1935), Autoportrait - 1900


Gustaw Gwozdecki (1880-1935), Frédéric Chopin.


Gustaw Gwozdecki (1880-1935), Lune - 1908


Gustaw Gwozdecki (1880-1935), Soir de Mélancolie - 1905


Mikhail Germashev (1867-1930), Neige - 1897.


jeudi 23 mars 2017

Eduard Mörike (1804-1874), Amour Insatiable.

L’amour est ainsi ! L’amour est ainsi !
Avec ses baisers à n’en plus finir :
Quel est le fou qui pourrait prétendre
Remplir d’eau une passoire ?
Tu puiserais pendant mille ans
Et embrasserais éternellement,
Jamais tu ne l’assouvirais.

À toute heure, l’amour, l’amour
Fait naître d’étranges désirs ;
Nous nous sommes mordus les lèvres au sang,
Aujourd’hui en nous embrassant.
La jeune fille attendait calmement
Comme l’agneau sous la lame,
Et ses yeux disaient encore :
Car c’est bien meilleur avec la douleur !

L’amour est ainsi, et l’était jadis,
Depuis que l’amour existe,
Et le roi Salomon, le Sage,
N’aima pas autrement.