dimanche 26 mars 2017

Renée Vivien (1877-1909), Solitude Nocturne.

Oh ! l'horreur d'être seule au profond de la nuit
Dans l'effroi du futur et de l'instant qui fuit!
Instant au front hagard! Présence de la Nuit!

Voici que se réveille en mon cœur la rancœur,
La rancœur endormie au profond de mon cœur!
Je ne puis étouffer cette ancienne rancœur.

Et j'écoute le bruit monotone des flots
En y mêlant le bruit d'intérieurs sanglots.
La douleur de jadis pleure comme les flots.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire