jeudi 27 avril 2017

Afanassi Fet (1820-1892), Je suis las....

Je suis las de parler du sublime et du beau :
Ces éternels discours m’amènent à bâiller.
Je quitte les pédants, j’accours à toi, amie,
Pour causer avec toi. Je sais que dans ces yeux,
Dans ces yeux noirs si vifs, il est plus de beauté
Que dans tous les in-folio pris par centaines ;
Je sais combien exquise est la vie que je bois
À tes lèvres de rose. Ainsi, l’abeille seule
Connaît ce que la fleur recèle de douceur ;
Seul, l’artiste sur tout sent la trace du beau.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire