lundi 3 avril 2017

Henri Heine (1797-1856), Je Voudrais Pleurer.

Je voudrais pleurer, mais je ne le peux pas ;
Je voudrais vigoureux m’élever dans les airs,
Mais je ne le peux pas ; je reste collé au sol,
Cerné de vermisseaux infâmes qui coassent et sifflent.

Je voudrais bien de toutes parts flotter autour
De la joyeuse lumière de ma vie, de mon bel amour,
Vivre dans son souffle suave et bienheureux –
Mais je ne le peux pas, mon cœur malade se brise.

Du cœur brisé je sens couler
Mon sang brûlant, je sens comme je m’épuise,
Et mes yeux se troublent peu à peu.

Et y jetant de secrets regards je me languis
De ce brumeux royaume, où les ombres silencieuses
De leurs bras tendres, aimantes, m’étreignent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire