mercredi 26 avril 2017

Valéri Brioussov (1873-1924), Au Poète.

Sois fier ainsi qu’une oriflamme !
Comme un glaive, sois acéré ;
Va, tel Dante au front pénétré
De la plus souterraine flamme.

Sois de tout le témoin très froid,
Les yeux tendus vers l’aventure.
Ta seule vertu, que ce soit
L’acceptation des tortures.

Tout n’est peut-être en l’univers
Qu’un prétexte à ton pur poème :
Recherche, dès l’enfance même,
L’accord mystérieux du vers.

Aux heures d’ardentes étreintes,
Refrène en toi la passion.
À toute crucifixion,
Profère d’extatiques plaintes.

Du seuil de l’aube et des couchants
Prête l’oreille aux voix divines :
Et rappelle-toi que les temps
Ont couronné ton front d’épines !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire