dimanche 7 mai 2017

Friedrich Hebbel (1813-1863), Eté

Si rouge, l'ultime rose de l'été,
qu'elle semblerait prête à saigner,
et c'est dans un frisson que je dis au passage:
telle magnificence est proche de la mort.

Nul souffle n'émouvait l'accablante journée;
seul un papillon clair et frêle voletait.
L'air à peine tremblait sous son aile légère...
Il dénoua pourtant la rose tout entière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire