jeudi 11 mai 2017

Friedrich Hölderlin (1770-1843), Le Mal de Vivre Encore...

La douceur de ce monde, elle est toute goûtée.
La jeunesse n'est plus; un fleuve à l'horizon.
Avril et mai sont loin, l'été lui-même est loin,
et je ne suis plus rien, je n'aime plus à vivre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire