mercredi 30 août 2017

Magnus Enckell (1870-1925), La Marche de la Mort - 1896


Joakim Skovgaard (1856-1933), Le Christ au Royaume des Morts - 1894/96


Maurice Denis (1870-1943), Maternité au cyprès - 1897


Gustave Doré (1832-1883), Le Christ quittant le prétoire - 1876.


Hans Thoma (1839-1924), Solitude.


Hans Thoma (1839-1924), Harpie - 1892/95


Hans Thoma (1839-1924), L'Enfer - 1910


Eugène Samuel Grasset (1841–1917), La Vitrioleuse - 1894


mardi 29 août 2017

Maurice Chabas (1862-1947), Temple de l'Amour sur les bords du lac Daumesnil - 1902


Stanisław Grocholski (1858-1932), Conjuration du Sort.


Louis Leloir (1843-1884), Le Massacre des Innocents - 1863


Alfred de Curzon (1820-1895), Dante et Virgile, sur le rivage du Purgatoire, voient venir la barque des Âmes que conduit un Ange - 1857


Janus de Winter (1882-1951), La Voix du Soir.


Harmen Meurs (1891-1964), Salomé - 1918


Pauline Thomsen (1858-1931), L'Au Revoir de l’Été à l'Automne (Paysage de Salten Langsø) - 1929


Ernst Ferdinand Oehme (1797-1855), Triomphe de la Nature (Moritzburg).


Louis Gurlitt (1812-1897), L'Acropole au Coucher du Soleil.


Carl Bloch (1834-1890), Prométhée délivré - 1864


lundi 28 août 2017

Henri de Braekeleer (1840-1888), L'Homme sur la Chaise - 1876


Wojciech Weiss (1875-1950), Mélancolie - 1894


José Jiménez Aranda (1837-1903), Consommatum Est - 1888


Olga Boznańska (1865-1940), La Fille aux Chrysanthèmes - 1894


William Henry James Boot (1848-1918), Kirkstall Abbey - 1877


Guillaume Van der Hecht (1817-1891), Les Ruines du Château de Kenilworth - 1850


Kazimierz Stabrowski (1869-1929), L'Histoire des Vagues: Portrait d'Emilia Auszpitz - 1910


Kazimierz Stabrowski (1869-1929), Femme devant un Vitrail. Le Paon - 1908


Vincent d’Indy (1851-1931), Symphonie Sur un Chant Montagnard, 'Cévenole', Op. 25 (1886) - Marek Janowski & l'Orchestre philharmonique de Radio France.


Prosper Guérin (1838-?), Le tonneau des Danaïdes.


Clarence Gagnon (1881-1942), A Silent Stream of the North - 1921


Oscar Rex (1857-1929), C'est fini : Napoléon Ier à Sainte-Hélène.


George Desvallières (1861-1950), Éros à la flûte de Pan - 1910


George Desvallières (1861-1950), La Vigne - 1910


Richard Strauss (1864-1949), Festliches Präludium op.61 (1913) - Wolfgang Sawallisch & l'Orchestre de Philadelphie (Concert à Tokyo, 17.5.1993)


dimanche 27 août 2017

Jean Sibelius (1865-1957), Skogsrået (La Nymphe des Bois) Op. 15 (1894/95) - John Storgårds & BBC Philarmonic (Octobre 2012)


George Desvallières (1861-1950), Music Hall - 1903


Joseph Nicolas Robert-Fleury (1797-1890), Scène de la Saint-Barthélémy, assassinat de Briou, gouverneur du Prince de Conti, 24 août 1572.


Eugène Grasset (1841-1917), Sainte Geneviève Veillant sur Paris - 1898


Gustav Adolf Mossa (1883–1971), Poppée - 1907


Odilon Redon (1840-1916), Le Monstre Vert (Apollon Chevauchant le Serpent Python).


Paul Flandrin (1811-1902), Vallée d'Hyères - 1860


Paul Flandrin (1811-1902), Solitude.


Camille Metra-Hubbard (XIX-XX), La coupe du roi de Thulé - 1896


Arthur Rackham (1867-1939), Siegfried et Mime (Siegfried, Acte I, Scène 3) - 1911


Éphraïm Mikhaël (1866-1890), Siegfried.

Clamant victoire en la liesse de l’été,
Le héros puéril, fier de son jeune glaive,
Foule dans les gazons le dragon mort et lève
Vers les arbres amis son bras ensanglanté.

Et voici qu’il comprend le grand appel jeté
Par les oiseaux dans les halliers ivres de sève.
Leur chant rhythme pour lui des paroles de rêve,
Une voix d’avenir surgit dans la clarté.

La mauvaise rumeur des prochaines années
Passe dans les frissons heureux de la forêt,
Dans chaque bruit résonne un bruit de destinées

Et, là-bas, le jardin des baisers apparaît.
Et le héros, vaincu par le futur, se livre
À l’ineffable mal d’être grand et de vivre.

William-Adolphe Bouguereau (1825-1905), La Flagellation du Christ - 1880


Alfred Plauzeau (1875-1918), Dante et Virgile sur les rivages du Purgatoire - 1901


Jean-François Millet (1814–1875), L'Horizon (La Plaine) - 1868


samedi 26 août 2017

Lucien Lévy-Dhurmer (1865-1953), Jeune Fille au Voile Bleu.


William Wyld (1806-1889), Navire au large de Venise - 1872


Henri de Régnier (1864-1936), L'Automne.

Si l’automne fut douce au soir de ta beauté,
Rends-en grâces aux dieux qui veulent qu’à l’été
Succède la saison qui lui ressemble encore,
Ainsi que le couchant imite une autre aurore
Et comme elle s’empourpre et comme elle répand
Au ciel mystérieux des roses et du sang !
Ce sont les dieux, vois-tu, qui font les feuilles mortes
D’un or flexible et tiède au vent qui les emporte,
Et dont l’ordre divin veut que les verts roseaux
Deviennent tour à tour, uniques ou jumeaux,
Et, selon que décroît leur taille à la rangée,
L’inégale syrinx ou la flûte allongée.
Ce sont eux qui, des fleurs de ton été, couronnent
Ta jeunesse mûrie à peine par l’automne
Et qui veulent encor que le parfum enfui
De la fleur se retrouve encore au goût du fruit
Et que, devant la mer qui baisse et se retire,
Une femme soit belle et puisse encor sourire.

József Rippl-Rónai (1861-1927), Zorka (Elza Bányai) - 1924