samedi 14 avril 2018

Jean Lorrain (1855-1906), O Source d'Angoisse Eternelle

O source d’angoisse éternelle.
Brune implacable et solennelle
Dont la froide placidité


T
riomphe, resplendit et tue, 
Comme un pied d’aveugle statue
Appuyé dans l’éternité,

J’adore et maudis ta beauté.

Ta beauté cruelle est ma gloire,
Lys lumineux de l’ombre noire,
Où j’attendais enseveli ;

Tu m’as fait vivre dans un songe
Et ta bouche habile au mensonge
M’a versé le calme et l'oubli. 

O source d’angoisse éternelle
Brune implacable et solennelle 
Dont la froide placidité

Triomphe, resplendit et tue,
Comme un pied d’aveugle statue
Appuyé dans l’éternité,

J’adore et maudis ta beauté.

Les refus de ta bouche amère
M’ont appris l’erreur éphémère.
De l’amour et des faux serments.

Et guéri des maux de la vie,
J’ai trempé ma lèvre assouvie
Au vin des désenchantements.

O source d’angoisse éternelle,
Brune implacable et solennelle,
Dont la froide placidité

Triomphe, resplendit et tue,
Comme un pied d’aveugle statue
Appuyé dans l'éternité,

J’adore et bénis ta beauté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire