mercredi 16 mai 2018

Albert Giraud (1860-1929), A une Femme de Quarante Ans.

Dans tes grands yeux, emplis de chaude obscurité
Où luisent vaguement les secrets de la vie,
J’ai puisé pour toujours la chimérique envie
D’un suprême plaisir que je n’ai point goûté.

L’arome capiteux de ta maturité
Enivre puissamment ma chair inassouvie,
Et du fond du passé mon âme est poursuivie
Par l’éternel regret de ta virginité.

J’ai souvent jalousé, par les soirs pacifiques,
Les vaisseaux attirants, lassés et magnifiques
Dont l’orgueil du retour solennisait les mâts,

Et qui semblaient traîner, derrière leurs antennes,
Une émanation des ciels et des climats
Qu’ils avaient respirés dans leurs courses lointaines.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire