dimanche 13 mai 2018

Georges Rodenbach (1855-1898), Défaillance.

Moi qui rêve toujours, moi qui n’ai jamais ri, 
Je ne puis résister à l’amour qui m’obsède; 
Il faut que j’ouvre enfin mon coeur et que je cède, 
Et que j’offre aux baisers mon profil amaigri. 

L’étude dont mon rêve idéal s’est nourri 
Dans le drame des jours n’est qu’un triste intermède; 
Dans l’amour, l’amour seul, qui puisse être un remède, 
Car la vie est la tombe où l’amour a fleuri. 

Je vais donc me livrer à l’instinct qui l’emporte, 
Et, dût mon coeur saigner, j’en vais ouvrir la porte; 
Mais toi, femme inconnue et vague que j’attends, 

En entrant, souviens-toi que tout ce coeur est vierge, 
Que c’est un temple empli de rêves éclatants 
Et ne t’y conduis pas comme dans une auberge!...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire