samedi 28 juillet 2018

Charles Van Lerberghe (1861-1907), Epitaphe.

Sous ce marbre où croissent des lys
Avec des roses et du lierre,
Gît une enfant morte jadis,
Qui n'était qu'amour et lumière.

Quand vint le soir, un ange mit
Sur son front le sceau d'allégresse.
Et la mort calme l'endormit
Dans son étemelle jeunesse.

C'est pourquoi n'ayez de remords,
Passez, passants, la vie est brève,
Et les pleurs sont tristes aux morts
Qu'elle repose dans son rêve.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire