samedi 27 avril 2019

Jean Lorrain (1855 - 1906), Oriane.

Oriane la fée était l'effroi du pâtre...
Vaguement entrevus dans son antre bleuâtre,
Dormaient, las et charmés, des preux casqués d’orfrois.

Allumant les joyaux et les claires simarres,
Une lune fantasque aux rais glauques et froids
Glissait dans la caverne, et les beaux palefrois
Paissaient l’herbe à l’entrée, harnachés de cuirs rares.

Guidé par la huette ululant dans les bois,
Amadis vint au seuil de la grotte divine
Et, devant la lueur emplissant la ravine ;
Le sire errant, sans crainte, ayant corné trois fois,

Sans réponse, entra, lui, dans l’antre et, de ses doigts
Déchirant le rideau de lierre et de liane,
Pour ce geste hardi, fut aimé d’Oriane.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire